Une très rapide présentation

Bienvenue sur ce site,

JPEG - 422.3 ko
Tracé très schématique de l’implantation de la transbrabançonne : en rouge les voies qui doivent être construites ou réhabilitées ; en vert, les tronçons existants qui sont utilisés dans le cadre de ce projet.

Nous vous invitons à y découvrir un projet de redéploiement de l’offre ferroviaire en Wallonie, articulé autour d’un nouvel axe reliant Mons à Liège (avec possibilité de prolonger vers Tournai d’un côté, Verviers et Eupen de l’autre), à travers le Brabant wallon. Nous avons nommé : la transbrabançonne.

Loin des grandes gares prestigieuses, ce projet s’inscrit, d’abord et avant tout, dans une vision du rail qui privilégie l’amélioration de l’expérience quotidienne — et souvent éprouvante — des centaines de milliers de navetteurs. Loin des lignes nouvelles que certains veulent construire le long des autoroutes, ce projet s’appuie largement sur le réseau existant, dont il cherche à démultiplier les possibilités.

Impossible ? Infinançable ? Nous ne le pensons pas. Alors que la Flandre est en train de redéployer son réseau, alors aussi que la Wallonie est capable d’injecter 500 millions d’euros dans le pré-financement d’une gare plus que discutable sous l’aéroport de Gosselies, tout est question de priorités.

Ces priorités, à nos yeux, elles doivent notamment être orientées vers la transition écologique : alors que les réserves d’énergie fossile sont en voie d’épuisement, il est plus que temps d’anticiper la société post-pétrole. Ceci implique notamment une optimisation — et une augmentation — des capacités des réseaux de transport en commun. Il est également temps de penser le chemin de fer comme un outil d’aménagement du territoire à part entière, permettant de rationnaliser notre occupation du sol. Ces objectifs sont au coeur de notre projet.

Bonne lecture,

François Schreuer & Bernard Swartenbroekx